Publicités

Prendre une photo de coucher de soleil

Dans le vaste choix de sujets photographiques, celui du coucher de soleil est l’un des plus prisés mais aussi un des plus difficiles.
Vous avez choisi le lieu de votre attente, préparé le matériel, il reste quelques informations à connaître. Pas la peine d’espérer grand chose dans le mode de prise de vue automatique. De toute façon, vous savez ce que j’en pense de ce mode… Pourquoi ? Lorsqu’on laisse l’appareil photo décider des paramètres, dans une situation compliquée il se trompe toujours.
En quoi est elle compliquée ?
Le capteur des appareils photo a du mal avec les situations qui sont composées d’une forte lumière (ici le soleil et la zone autour, le ciel) et d’une faible lumière (le sol qui est à l’ombre puisque on met le soleil face à nous). La cellule qui doit calculer l’exposition correcte va donner un résultat incorrect pour le sol, car voyant le soleil il va conclure qu’il y a trop de lumière et baisser l’expo de trop pour le sol. Elle va aussi donner un résultat incorrect pour le ciel car la présence d’un sol très sombre va tromper l’appareil.
Alors comment faire ?
Sans aide matérielle, la première chose est de passer en prise de vue en mode manuel. Comme c’est vous qui décidez des paramètres du triangle de l’exposition dans ce mode, vous allez faire le premier choix: exposer pour le ciel ou pour le sol. Si vous voulez un sol correctement exposé, cela va se traduire par un ciel cramé, avec le risque de perdre toute information dans le ciel. Pas souhaitable. Toutefois, vous allez surement faire le choix d’exposer en surexposant, plus lumineux que le choix automatique, à la limite du cramé pour garder la matière dans le ciel mais en débouchant les ombres du sol.
Mais voyons à quoi cela pourrait ressembler:
seriecoucherfiltre-1
Vous avez placé l’appareil photo sur le trépied, cherché la bonne composition. Pour les paramètres en mode manuel, ouverture à F/16 pour profiter d’une profondeur de champ maximum. C’est une photo de paysage, vous voulez que cela soit net le plus possible. Evitez au delà de F/16, pour les défauts optiques. ISO 100, vous êtes sur trépied, autant profitez de la meilleure qualité avec des ISO faibles. Il reste donc la vitesse. Vous pouvez dans un premier temps vous servir de l’indicateur de votre appareil qui vous donnera la vitesse pour l’exposition que lui considère comme juste. Puis ajuster pour l’exposition que vous voulez obtenir. Comme vous avez mis le soleil dans le cadre, ne soyez pas étonné d’avoir du flare, ces rayons de lumière colorés. Ils sont inhérents à ce type de photographie. La photo est quasi brut de capteur, avec un bon traitement on peut donner plus de vitalité aux couleurs mais l’essentiel est là. Vous avez déjà réalisé une photo bien meilleure qu’une obtenue en tout auto.
Peut on faire mieux sans trop d’effort ?
Déjà on peut éviter d’inclure le soleil dans le cadre, soit en attendant qu’il soit encore plus bas à l’horizon, soit caché par le sol.
seriecoucherfiltre-3
Le soleil n’étant plus dans le cadre, on va devoir mettre une vitesse plus lente, ayant moins de lumière qui touche le capteur. Cela ne pose pas de problème puisqu’on est sur trépied. Ici on est à 50 secondes car on a aussi utilisé du matériel supplémentaire, des filtres.
Les filtres ND et GND:
filtresnisi
Pour les photos de coucher de soleil, on utilise souvent un équipement qui permet d’allonger le temps de pose et/ou modifie une zone de capture pour éviter le différentiel ciel/sol.
On a vu que la difficulté des photos de coucher de soleil c’est le fort écart lumineux entre le ciel et le sol. Il existe un filtre appelé filtre GND pour Gradual Neutral Density (Densité Neutre Gradué). Ce filtre va couper une partie de la lumière de façon graduelle, de façon plus forte en haut puis de moins en moins et plus du tout en bas. On va donc pouvoir couper plus de lumière sur le ciel que le sol et diminuer l’écart de luminosité naturelle.
Pour utiliser ce filtre, on a besoin d’un porte filtre. C’est un élément métallique qui permet de placer un ou plusieurs filtres devant l’objectif. Ce porte filtre s’adapte sur différents objectifs avec des diamètres différents par l’ajout d’un adaptateur du diamètre de l’objectif que vous utilisez.
Le filtre polarisant qui permet de rendre les couleurs plus intense, notamment le bleu de la mer, et supprime les reflets est ici inutile car il a pas d’effet avec le soleil de face.
On lui préférera un dernier filtre, profitant de la possibilité de mettre plusieurs filtres sur le porte filtre, avec l’ajout d’un ND pour Neutral Density (Densité Neutre).
Celui-ci, c’est un filtre plus ou moins opaque, il coupe la lumière de façon homogène, mais souvent plus qu’un filtre GND. Ici , j’ai utilisé un filtre ND 1000 qui coupe 1000 fois la lumière et permet des temps de pose de 50 secondes et plus. Cela permet de baisser la luminosité générale de scène et de garder le plus possible de matière dans le ciel irisé.
seriecoucherfiltre-5
Voilà, à l’aide de ces filtres, le travail est fait. Toujours faire le plus possible le travail à la prise de vue. Mais on peut tout de même apporter un peu plus de vie au développement. Et obtenir la photo finale.
seriecoucherfiltre-6
Pour terminer, essayer différents cadrages, avec du sol ou non, avec le soleil dans le cadre ou non, carré, paysage, portait, amusez vous.
seriecoucherfiltre-4
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :