Publicités

Prendre des photos par temps gris

Nous avions prévu ce dimanche 5 mars, une sortie à Niolon pour prendre quelques photos de ce petit coin pas trop connu et encore préservé. Mais voilà, le temps était maussade à franchement pluvieux. Comment peut on s’en sortir dans ces cas là et notamment éviter l’écueil du ciel sans structure.

Commençons par une première photo qui nous permettra de voir la difficulté du jour.

niolon-2

Dans la photographie de paysage, on emploi le plus souvent la méthode la plus courante de mesure de lumière, dite matricielle ou évaluative, celle qui consiste à évaluer la lumière sur l’ensemble du cadre de la photo. L’appareil photo va essayer d’exposer aussi bien pour le ciel que pour le sol et la mer.

niolon-2-tiers

Pour la photographie de paysage, on utilise le plus souvent la règle des tiers. Un tiers de ciel et 2 tiers de sol ou bien l’inverse, selon que l’on doit accorder plus de place au sol ou au ciel. Ici le ciel n’est pas inintéressant du fait des nuages menaçants et rien ne se passe sur la mer, on privilégie le ciel.

niolon-2-zone

Toutefois, les nuages sont limités dans la zone entourée de rouge. La zone dans le quart haut droit, cerclée de vert est de l’espace négatif, sans relief. Parfois le ciel est aussi dénué d’intérêt que dans la partie verte mais sur l’ensemble de la photo. Il va falloir ruser.

niolon-1.jpg

La plus simple des façons c’est de minimiser la partie du ciel. Puisque le ciel est sans structure, pour une fois, on va ne pas suivre la règle des tiers.

niolon-1-tiers

Pour être dans les clous de la règle des tiers, le ciel aurait du commencer au trait rouge. Ici, il commence plus ou moins au trait vert.  Si on regarde l’histogramme des deux photos, on verra une plus grande dominance des tons moyens sur la seconde, les hautes lumières du ciel livides ne représentent qu’une petite partie de la photo. Et puis, un beau ciel c’est sympa mais rien n’oblige à mettre celui-ci dans une photo de paysage.

 

Autre méthode pour déjouer la pauvreté d’un ciel palot, le filtre ND, pour Neutral Density (densité neutre), seul moyen d’augmenter le temps de pose de façon significative en journée.

niolon-3

Certes, la photo suit la règle des tiers. Autant ne mettre qu’un tiers de ciel. On laissant l’appareil s’imprégné de lumière plus longtemps, la mer agitée va paraitre soit miroir soit vaporeuse comme au premier plan. Peu importe que le bateau au loin soit flou, son image est discernable, reconnaissable, cela ne choque pas. En agissant ainsi, on donne du poids à l’image, de l’attrait.

On poursuit notre recherche. La photo suivante est quasi brut de capteur, simplement un traitement sur l’ensemble de la photo pour ajouter un peu de contraste, pour diminuer les hautes lumières et récupérer de la structure dans le ciel, gérer les blancs et les noirs.

niolon-4

Mais il y a moyen de faire mieux. Directement à la prise de vue, avec des filtres gradués, ou au développement avec les mêmes outils mais virtuellement, comme dans lightroom, on va traiter la photo localement et agir que sur le ciel qui réclame le plus de travail.

ici j’ai marqué par un dégradé de rouge la zone où l’on va appliquer le traitement. Notez l’effet plus prononcé en haut pour s’estomper vers la ligne d’horizon.

niolon-5-degrade

Comparons avec la photo du dessus après le traitement local.

niolon-5

Certes, le résultat n’est pas parfait mais on obtient un ciel plus présent sans dénaturer le bas de l’image.

 

Mélangeons ce que nous avons appris. Evitons le ciel et figeons le mouvement. Toutefois, nous n’avons pas toujours à disposition de filtre ND. Le seul moyen c’est de jouer sur le triangle de l’exposition. Pour les iso, on est déjà au minimum, 100 iso, sinon en augmentant on dégrade la qualité et en plus on obtient l’effet contraire, un temps plus court. On va donc jouer sur l’ouverture. En utilisant l’ouverture la plus petite de votre objectif, vous allez augmenter le temps de pose. De pas grand chose en pleine journée, même par temps gris, mais suffisamment pour obtenir un effet de filé bien sympatique.

niolon-6

On poursuit dans l’usage du filtre ND. Ici un ND 1000, soit un filtre qui coupe 1000 fois la lumière. Et donc permet des effets originaux. Sur la photo suivante, profitant du temps qui se dégrade, la pluie fait un manteau d’eau, cachant la ville au loin. On fond le ciel, la terre, l’eau de la mer dans une purée de pois qui permet de faire ressortir encore plus le rocher dans un écrin de vapeur.

niolon-7

Pour le coup, la ville disparait au bénéfice de l’intention.

niolon-7-marseille

Terminons par une dernière photo dans la même veine, pose longue et effet vaporeux.

niolon-8

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :